mutiler


mutiler

mutiler [ mytile ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1334; lat. mutilare
1Priver (un être humain, un animal) de son intégrité physique par une mutilation, une grave blessure. blesser, couper, écharper, estropier. Il a été mutilé du bras droit, des deux jambes à la dernière guerre. Pronom. réfl. Se mutiler volontairement ( automutilation) .
2Abîmer, endommager. 1. dégrader. Mutiler un arbre. « cet ancien Versailles mutilé et approprié à d'autres usages » (Taine).
3 Altérer (un texte, un ouvrage littéraire) en retranchant une partie essentielle. amputer, diminuer, tronquer.
4Fig. et littér. Mutiler la vérité. altérer, déformer.

mutiler verbe transitif (latin mutilare) Léser quelqu'un, un animal par une blessure qui lui fait perdre un membre, un organe : L'accident l'avait mutilé, il a perdu un bras. Détériorer quelque chose, le détruire partiellement, dégrader une œuvre de la nature ou de l'art : Mutiler un paysage, une statue. Faire subir des déformations, des retranchements importants à un texte, à une œuvre artistique : Des coupures ont mutilé le film. Littéraire. Déformer, défigurer quelque chose : Mutiler la pensée de quelqu'un.mutiler (synonymes) verbe transitif (latin mutilare) Léser quelqu'un, un animal par une blessure qui lui fait...
Synonymes :
Détériorer quelque chose, le détruire partiellement, dégrader une œuvre de la...
Synonymes :
- détériorer
Faire subir des déformations, des retranchements importants à un texte...
Synonymes :
- déformer
- dénaturer
Littéraire. Déformer, défigurer quelque chose
Synonymes :

mutiler
v. tr.
d1./d Amputer (une personne, un animal) d'un membre, lui infliger une blessure grave qui porte atteinte irréversiblement à son intégrité physique (surtout au passif et au pp.). Ancien combattant mutilé d'un bras.
d2./d Détériorer gravement, tronquer (une chose). Mutiler une sculpture.
Mutiler un texte, un ouvrage, l'amputer d'une partie essentielle.

⇒MUTILER, verbe trans.
A. — Qqn ou qqc. mutile qqn (de qqc.) ou qqc.
1. [L'obj. désigne une pers., un animal ou une partie du corps] Priver (d'un membre, d'un organe externe); infliger une blessure grave qui porte atteinte à l'intégrité physique de. Synon. amputer, estropier. Mutiler (qqn) au visage, à la jambe. Mutiler quelqu'un d'un bras, d'un pied (Ac.). Ce lâche qui mutilait un cheval pour se venger d'un soufflet (MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p.134). Il s'était dit parmi eux que les insurgés mutilaient les prisonniers, et qu'il y avait dans le cabaret le cadavre d'un soldat sans tête (HUGO, Misér., t.2, 1862, p.497):
1. Un ingénieur avait dit un jour à Rivière, comme ils se penchaient sur un blessé, auprès d'un pont en construction: «Ce pont vaut-il le prix d'un visage écrasé?». Pas un des paysans, à qui cette route était ouverte, n'eût accepté, pour s'épargner un détour par le pont suivant, de mutiler ce visage effroyable.
SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p.120.
P. métaph.:
2. Développer chez l'enfant le sens critique (...). Rien de mieux contre le «nazisme». Les gens de ce pays paraissent à ceux du Nord presque indifférents et insensibles à la catastrophe qui mutile la France.
GIDE, Journal, 1940, p.41.
Emploi pronom. réfl. Porter atteinte (quelquefois volontairement) à son intégrité corporelle. Les Romains (...) se mutilant pour ne plus servir et se coupant les doigts (VIGNY, Journal poète, 1861, p.1364).
Emploi pronom. réfl. indir. Tu me fais l'effet de ces lâches soldats Qui pour ne pas servir se mutilent un bras! (AUGIER, Jeunesse, 1858, p.403).
2. En partic. [L'obj. désigne une pers.] Châtrer, émasculer. Plautien, ministre de Sévère, en mariant sa fille au fils aîné de l'Empereur, fit mutiler cent Romains libres, dont quelques-uns étoient mariés et pères de famille (CHATEAUBR., Génie, t.2, 1803, p.579).
3. P. anal. [L'obj. désigne un arbre, un élément de la végétation] Dépouiller des branches nécessaires au développement, porter atteinte à la forme de. Les ronces, les rosiers, les arbres fruitiers y poussaient pêle-mêle, et leurs pousses vigoureuses, que ne mutilait jamais le ciseau du jardinier, s'entre-croisaient sur les allées jusqu'à les rendre impraticables (SAND, Valentine, 1832, p.56). Le tombeau de Sainte-Hélène a déjà usé un des saules (...): l'arbre décrépit et tombé est mutilé chaque jour par les pélerins (CHATEAUBR., Mém., t.2, 1848, p.673).
B.P. anal. Qqn ou qqc. mutile qqc.
1. [L'obj. désigne un inanimé concr., en partic. une oeuvre d'art] Détériorer, endommager gravement. Synon. défigurer, dégrader, massacrer (fam.). Mutiler un monument, un tableau, un paysage, un quartier. Il (...) mutilait les crayons avec son canif (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.805). La chambre des ducs est au-dessus du caveau sépulcral. Les Bernois en avaient mutilé les lambris (HUGO, Rhin, 1842, p.410).
2. En partic. [L'obj. désigne une oeuvre littér.] Altérer gravement en retranchant une partie essentielle ou en apportant de nombreuses modifications qui dénaturent. Synon. amputer, tronquer. Mutiler un texte, les vers d'un poème. Tu as raison, Zoé; je mutilais le texte et j'omettais un endroit considérable (A. FRANCE, Bergeret, 1901, p.48).
Emploi abs. Dans l'obligation d'abréger ce qu'il [l'auteur] m'a confié, je mutile sans cesse, c'est-à-dire, je gâte (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.989).
[P. méton. de l'obj.] Vous voyez ces mêmes philosophes [du dernier siècle] embarrassés souvent par cet écrivain [Bacon] (...) se permettre même de le mutiler hardiment ou d'altérer ses écrits (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.518).
C.Au fig. Qqn ou qqc. mutile qqn (de qqc.) ou qqc.
1. [L'obj. désigne un inanimé abstr.]
a) Altérer gravement en omettant ou en déformant un élément essentiel. Synon. déformer, tronquer. Mutiler un fait, un récit; mutiler la pensée de. La morale de l'intérêt mutile la vérité: elle choisit parmi les faits ceux qui lui conviennent et elle répudie tous les autres, lesquels sont précisément les éléments mêmes de la moralité (COUSIN, Vrai, 1836, p.281). Cette thèse [de la vie dans la matière inorganique] se soutient sans doute, si l'on mutile la définition de la vie, si on la réduit, par exemple, à l'idée de la croissance et de la conformation pures et simples, propriétés déjà inhérentes aux corps appelés bruts (BOUTROUX, Contingence, 1874, p.83).
b) Réduire, priver d'un élément essentiel. Ces libertés (...) Richelieu les mutila d'abord, puis les abolit (TOCQUEVILLE, Anc. Rég. et Révol., 1856, p.334). On ne peut enchaîner ensemble les volontés de deux êtres qu'en mutilant l'une d'elles, sinon toutes les deux (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1456).
2. [L'obj. désigne une pers.] Ôter une partie nécessaire, priver de quelque qualité essentielle, d'un élément de la personnalité. Synon. amoindrir, dégrader, diminuer. Mutiler la nature humaine. Ces impulsions vertueuses qui mutilent l'âme et l'appauvrissent (MASSIS, Jugements, 1923, p.92). Le drame du mariage, ce n'est pas qu'il n'assure pas à la femme le bonheur qu'il lui promet (...) c'est qu'il la mutile; il la voue à la répétition et à la routine (BEAUVOIR, Deux. sexe, t.2, 1949, p.284).
Emploi pronom. réfl. [La femme] pouvait ne pas se marier, vivre en homme, remplir en tout et partout le rôle d'un homme; mais à quoi bon se mutiler, nier le désir, se mettre à part de la vie? (ZOLA, Travail, t.2, 1901, p.320). Chacun ne combat l'autre qu'en se mutilant lui-même (LACROIX, Marxisme, existent., personn., 1949, p.3).
Mutiler qqn de qqc. Priver d'un élément essentiel. Mutiler l'homme d'une passion, c'est comme si on lui coupait un membre (ZOLA, Travail, t.2, 1901, p.215). Ce qui est (...) exact, c'est qu'elle [la femme] souhaite mutiler l'homme de ses projets, de son avenir (BEAUVOIR, Deux. sexe, t.2, 1949, p.266).
Prononc. et Orth.:[mytile], (il) mutile [mytil]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1334 «retrancher un membre ou une partie du corps» (Bibl. Éc. des Ch., 4e série, t.II, p.58 ds GDF. Compl.); 1680 se mutiler «se châtrer» (RICH.); 1823 verbe pronom. «s'estropier» (BOISTE); 2. 1559 «faire une dégradation partielle d'une oeuvre d'art» (AMYOT, Alc., 33 ds LITTRÉ); 3. av. 1702 «porter atteinte à la vérité» (BOSSUET, Sermons, Haine de la vérité, 2, ibid.); 4. 1765 «faire des retranchements dans un texte» (Encyclop.); 5. fin XIVe s. part. passé mutilé des deux yeux «aveugle» (BOUTEILLER, Som. rur., p.820 ds LA CURNE); 1845 part. passé subst. plur. (BESCH.). Empr. au lat. mutilare «mutiler, retrancher, couper», «estropier (les mots)», «diminuer, amoindrir». Fréq. abs. littér.:175.
DÉR. Mutilateur, -trice, adj. et subst. (Chose ou personne) qui mutile. a) [Correspond à supra A] Fourbes exécuteurs, Alchimistes, bourreaux, prêtres, mutilateurs, (...) Décomposant à l'œil, sous leurs coupables mains, La sève de l'hysope et le sang des humains (LAMART., Chute, 1838, p.1022). Chérouvier va publier un article sur cette histoire des balles mutilatrices (DUHAMEL, Cécile, 1938, p.42). b) P. anal. [Correspond à supra B] Je demandois (...) Que (...) Chaque branche, en dépit des vieux décorateurs, Et des ciseaux mutilateurs, Pût rendre un libre essor à son luxe sauvage (DELILLE, Convers., 1812, p.332). c) Au fig. [Correspond à supra C] Croiser l'unité de temps à l'unité de lieu comme les barreaux d'une cage, et y faire pédantesquement entrer (...) tous ces faits (...) que la providence déroule à si grandes masses dans la réalité! (...) tout cela mourra dans l'opération; et c'est ainsi que les mutilateurs dogmatiques arrivent à leur résultat ordinaire (HUGO, Préf. Cromwell, 1827, p.22). [], fém. [-]. 1res attest. 1. 1512 «qui mutile» (J. LEMAIRE DE BELGES, De la Différence des Schismes ds Œuvres, éd. J. Stecher, t.3, p.234); 2. 1766 «qui se rend coupable de dégradations» (J.-M. PAPILLON, Traité hist. et pratique de la grav. sur bois, t.1, p.149); de mutiler, suff. -(at)eur2.
BBG. — GOHIN 1903, p.265 (s.v. mutilateur). — QUEM. DDL t.4 (s.v. mutilateur).

mutiler [mytile] v. tr.
ÉTYM. 1334; lat. mutilare « retrancher, diminuer », de mutilus « amoindri, diminué, mutilé ».
1 (Rare à l'actif). Altérer (un être humain ou un animal) dans son intégrité physique, soit en le privant d'un membre ou de quelque autre partie externe du corps, soit en lui infligeant des blessures qui le déforment gravement. Blesser, couper, écharper, estropier. || Il a été mutilé du bras droit, des deux jambes (→ Cul-de-jatte) à la dernière guerre. || La balle le mutila au visage.Pron. (Sens réfl.). || Se mutiler volontairement pour échapper à l'incorporation.Par ext. (En parlant de la partie du corps endommagée). || Sa jambe a été mutilée par un éclat d'obus.
(1680). Spécialt. Castrer. || Les papes faisaient mutiler les futurs soprani de la chapelle Sixtine.
2 (Mil. XVIe). Détériorer, endommager. Dégrader. || Mutiler un arbre (→ Habitant, cit. 5; et, par métaphore, ébrancher, cit. 3). || Lèpre qui mutile les statues (→ Éroder, cit.).
3 (1765). Altérer (un texte, un ouvrage littéraire) en retranchant une ou des parties essentielles. Diminuer, tronquer (→ Cagoterie, cit.; désagrément, cit. 2). || Mutiler les vers d'un poème (→ Isoler, cit. 13).
4 (1660). Par métaphore, fig. Littér. Déformer. Altérer. || Mutiler la vérité (→ Falsifier, cit. 7). || Mutiler la volonté de quelqu'un. Amoindrir, châtrer (fig.). émasculer (fig.). → Enchaîner, cit. 11.
——————
mutilé, ée p. p. adj.
1 Qui a subi une, des mutilations. || Enfants mutilés par l'explosion d'une mine (→ 2. Mine, cit. 9). || Il aura la vie sauve, mais l'opération le laissera amoindri, mutilé (→ par métaphore Classer, cit. 3). || Cadavres atrocement mutilés. Mutilé, nom.
1 (le serpent coupé vivant)
Sans pouvoir réunir ses tronçons mutilés
Qui rampent et qui saignent.
Hugo, les Orientales, XXVI.
2 (…) il avait tué cette femme et des gens étaient venus l'emporter (…) ils avaient considéré la morte et l'horreur de ce visage mutilé, puis ils avaient jeté un vêtement, un sac, n'importe quoi sur la tête de la malheureuse parce qu'elle les épouvantait.
J. Green, Léviathan, XIII.
2 Site, jardin mutilé. Déshonorer (→ aussi Îlot, cit. 6).
3 Aujourd'hui, de cet ancien Versailles mutilé et approprié à d'autres usages, il ne reste plus que des morceaux (…)
Taine, les Origines de la France contemporaine, t. I, I, p. 138.
4 Quiconque aura abattu un ou plusieurs arbres qu'il savait appartenir à autrui, sera puni d'un emprisonnement (…) Les peines seront les mêmes à raison de chaque arbre mutilé, coupé ou écorcé de manière à le faire périr.
Code pénal, art. 445, 446.
3 Fragments mutilés d'un vieux manuscrit, auxquels manquent de nombreux passages, retranchés ou perdus au cours des siècles.
5 (…) d'autres (lettres) ne nous sont parvenues que par des copies plus ou moins mutilées, arrangées par les soins des premiers éditeurs.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 116.
6 L'historien représentera-t-il les faits dans leur complexité ? Non, cela est impossible. Il les représentera dénués de la plupart des particularités qui les constituent, par conséquent tronqués, mutilés, différents de ce qu'ils furent
France, le Crime de S. Bonnard, Œ., t. II, VI, p. 499.
DÉR. Mutilant, mutilateur, mutilé (nom).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mutiler — MUTILER. v. act. Retrancher, couper un membre. Mutiler quelqu un d un bras, d un pied. qui l a ainsi mutilé? mutiler une statuë …   Dictionnaire de l'Académie française

  • mutiler — Mutiler, Mutilare, Admutilare, Ad mortem vsque multare. Mutiler les corps et en couper quelque partie, Corpora detruncare. Mutilé, Mutilus, Mutilatus, Demutilatus, Truncatus …   Thresor de la langue françoyse

  • mutiler — (mu ti lé) v. a. 1°   Priver de quelque membre. •   Après qu il l eut fait ainsi mutiler par tout le corps, il commanda qu on l approchât du feu, et qu on le fît rôtir dans la poêle pendant qu il respirait encore, SACI Bible, Machab. II, VII, 5.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MUTILER — v. a. Retrancher, couper. Il est principalement d usage Lorsqu on parle du retranchement d un membre ou de quelque autre partie extérieure du corps humain, ou de quelque partie d une statue. Mutiler quelqu un d un bras, d un pied. Qui l a ainsi… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MUTILER — v. tr. Retrancher un membre ou quelque autre partie extérieure du corps. Mutiler quelqu’un d’un bras, d’un pied. Qui l’a ainsi mutilé? Le participe passé s’emploie substantivement. Les mutilés de la guerre. Il se dit aussi en parlant des OEuvres… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • mutiler — vt. MUTILÂ (Albanais, Annecy) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • mac'hagnañ — mutiler …   Dictionnaire Breton-Français

  • amputer — [ ɑ̃pyte ] v. tr. <conjug. : 1> • XVe; lat. amputare « élaguer, tailler » 1 ♦ Faire l amputation de (un membre, etc.). On lui a amputé la main gauche. ⇒ couper, enlever. Par ext. Amputer qqn, lui enlever un membre. Amputer un blessé. On l a …   Encyclopédie Universelle

  • châtrer — [ ʃatre ] v. tr. <conjug. : 1> • chastrer 1121; lat. castrare → castrer 1 ♦ Rendre (un mâle) impropre à la reproduction en lui mutilant les testicules. ⇒ castrer; émasculer. Châtrer un taureau, un bélier, un cheval. Par ext. Rendre impropre …   Encyclopédie Universelle

  • mutilation — [ mytilasjɔ̃ ] n. f. • 1245; lat. mutilatio 1 ♦ Perte accidentelle ou ablation d un membre, d une partie externe du corps, qui cause une atteinte irréversible à l intégrité physique. Mutilation sexuelle (⇒ castration, excision, infibulation) ,… …   Encyclopédie Universelle